On s'est un peu demandé, hier, en réunion, pourquoi tout s'était cassé la gueule dans la salle d'à côté... c'est quand Hui-Mei m'a demandé si j'avais senti le tremblement de terre que j'ai compris. Dans notre bunker/entreprise/monde merveilleux on n'est bien protégés ! Na ! Mais à quand un vrai tremblement de terre comme dans les films ??

Ma collègue, elle, se protège en vraie taiwanaise. Depuis le début de la semaine elle se promène dans les couloirs avec une grosse peluche dans les bras... On serait en France on la prendrait pour une vilaine décérébrée trépanée de la calote, mais ici, quand les gens la croisent dans le couloir, on lui demande le nom de la peluche ou le privilège de la caresser (la peluche, pas la collègue...). C'est pas mignon ??

Au rythme où vont les choses, je pense que je devrais survivre dans cette boite, la pression fluctue en fonction des cycles menstruels des patronnes et des collègues, faut juste baisser la tête pour éviter à temps les coups de gourdin sur le coin de la gueule. Je me suis fixé comme limite 20h le soir. Ca me parait raisonnable. Et puis les semaines passent sacrément vite, et puis je m'habitue, aussi. Je fais un peu partie des meubles, maintenant. Je suis même un ancien avec tous les départs qu'il y a eu. Bientôt, on ira me demander conseil sur tout ce qui traite aux sites internet de la boîte, au langage Html et tout et tout. Mort de rire, s'ils savaient le bricolage que je suis obligé de faire pour la moindre manipulation.

M'enfin, la vie s'écoule, plutôt bien. Hui-Mei aussi se porte comme un coeur.

Fin novembre, j'ai bon espoir de passer quelques jours en France car il y a un Salon de l'Education auquel je devrai peut-être aller. Cool. Préparez l'apéro !! Ici je bois du thé et du lait de soja. Faut voir comme je tiens la ligne, 'chuis tout mèg' ! Ca va un peu les conneries mais faut quand même que je me ressource...

Et, et... si vous êtes sages, la semaine prochaine je vous annoncerai un scoop qui n'en est plus vraiment un. Mais quand même. Mais avec les commentaires très subliminaux de ma grand-père, vous n'aurez pas trop de mal à comprendre...